Choeur des Anges

Les diapasons de l’ADN

Rapport sacré de 8/13

Ces diapasons en aluminium créent un rapport de 8 à 13, une nouvelle relation sonique sur la planète. Ces diapasons expriment le rapport ‘phi’ que certains considèrent comme le rapport de l’amour. Ils représentent une octave extérieure à la spirale sacrée. Quand ils résonnent ensemble, ils produisent un effet sonique des plus particuliers : certains entendent le chant des anges, d’autres sont conscients de l’encodage de la lumière aux niveaux physique et éthérique. Certains ont la sensation que leur conscience monte en spirale et d’autres qu’une porte s’ouvre. Les professionnels de la santé qui ont utilisé ces diapasons ont remarqué qu’ils équilibraient les hémisphères droit et gauche du cerveau induisant de profonds états de calme. D’autres indiquent que cela leur permet d’équilibrer et d’harmoniser les chakras. D’autres encore pensent qu’ils peuvent en fait créer un équilibre à des niveaux subatomiques et activer de nouveaux aspects de l’hélice de l’ADN.

LE RAPPORT

Il n’est pas possible de jouer ce rapport de 8 à 13 (8/13) au piano qui est un instrument régulier dont les différences entre les notes sont basées sur une formule logarithmique. En fait, il est possible que ce rapport harmonique de 8 à 13 n’existe pas dans la musique occidentale. Il existe peut-être en Orient mais il n’a pas encore été trouvé. A notre connaissance, ce rapport qui n’apparaît sur aucune échelle sur la planète a été calculé au moyen de 288 Hz (la note ‘Ré’) en tant que fréquence fondamentale. L’harmonique a été calculé puis divisé par deux jusqu’à ce que sa fréquence (468 Hz) figure dans la même octave que le 288.

On trouve le rapport ‘phi’ dans nombre d’architectures sacrées à travers le monde. Il figure également sur les spirales du coquillage Nautilus et on le qualifie de ‘spirale sacrée’. La série Fibonacci, qui représente un aspect du rapport ‘phi’, se décompose ainsi : 1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55, 89, 144, etc., les deux premiers nombres créant le suivant. Plus on continue la série, plus on se rapproche du nombre phi ‘irrationnel’ (nombre sans fin abrégé en .618). Les rapports de 1 à 1, de 2 à 3, de 3 à 5 et de 5 à 8 se retrouvent tous dans la musique d’aujourd’hui. Cependant, le rapport 8 à 13 représente un nouvel ‘intervalle’ qui n’existe pas en musique. Ce rapport représente une octave extérieure aux rapports soniques inhérents à la spirale sacrée. Il représente éventuellement un niveau d’écoute nouveau pour l’humanité.

L’accord avec cet intervalle peut intensifier l’évolution étant donné qu’il élargit nos perceptions sonores. Il pourrait effectivement modifier l’ADN et permettre de nouveaux encodages de lumière. Nous vous laissons en décider. Aucune déclaration médicale n’a été faite par rapport à ces diapasons. Toutefois, nous sommes sûrs que vous les apprécierez. Nous serions heureux de connaître les effets que vous pourrez en obtenir car nous continuons à recueillir des données à ce sujet.